Portrait d’un coworker: mais qui es-tu Bérangère?

Bérangère, c’est la coworkeuse qui arrive tous les jours à bicyclette, même par avis de tempête. Logique, quand on sait qu’elle a créé Le Vélo Voyageur, un organisateur de séjours à deux-roues en Europe. On s’est pointés dans son bureau partagé ce matin. Thé pour elle, café serré pour nous.

L’aventure débute en banlieue parisienne, en 2011. Bérangère Florin suit des études de commerce et décide de partir en trip en Roumanie avec Eugénie, une amie du lycée. “On n’avait pas de voiture, le train coûtait trop cher, alors on a décidé de partir à vélo, pour le fun! Nos proches nous ont pris pour des folles, c’est vrai qu’on était loin d’être sportives…” De l’audace et du courage, il en fallait pour descendre le Danube à vélo, de Passau, en Allemagne, à la mer Noire, et parcourir par moins de 2200 kilomètres! De la persévérance aussi… Des qualités par ailleurs indispensables quand on veut créer sa boîte: “Cette expérience nous a permis de faire des rencontres improbables, d’avoir des discussions passionnantes. En revenant, on s’est clairement dit qu’on devait créer des séjours à vélo clé sur porte.” Le Vélo Voyageur était né.

De Paris à The Mug Schuman

Les filles installent leur bureau à Paris. Mais de l’autre côté de la frontière, à Bruxelles, il y a Jelle, l’amoureux de Bérangère. Le week-end, ils enfourchent leur vélo pour se retrouver (bon OK, plutôt le Thalys). Et puis en 2015, elle fait le grand saut: elle boucle ses valises, emporte sa bécane et atterrit chez nous. Près de son chéri. “Je suis arrivée dans une ville où je ne connaissais personne, il était hors de question que je travaille de chez moi. J’ai tapé ‘coworking convivial’ sur Google et je suis tombée sur The Mug!” Parce qu’au-delà d’un endroit agréable où bosser, Bérangère était surtout en quête d’un lieu où la machine à café ferait office de moulin à papotes.

Voyager sans s’essouffler

C’est clair, débarquer dans un pays inconnu n’est pas facile, mais l’entrepreneuse de 31 ans – qui a fait la cover du magazine Challenges – se sent directement chez elle à Bruxelles. “J’aime le côté multiculturel de la ville. Ici, toute l’Europe, le monde entier même, est réuni! Du coup, tout le monde est dans une même optique de rencontre et d’ouverture.” Au Mug, Bérangère pose d’abord ses affaires au rez-de-chaussée, avant de prendre ses quartiers dans un bureau partagé. C’est pas qu’elle veuille s’isoler, c’est juste qu’elle a un paquet de coups de fil à passer.

Repérages à l’automne

Si vous ne la croisez pas, le midi, dans la cuisine, c’est qu’elle est en train de sillonner l’Europe pour créer de nouveaux itinéraires. “Tous les automnes, on entame cette phase créative on the road. J’adore cette partie de mon job. J’ai toujours aimé voyager mais pour moi, l’aventure commence déjà au coin d’une rue. Pédalez jusqu’à Bruges, baladez-vous dans les Ardennes, les paysages y sont à couper le souffle, la région a ses propres coutumes, comme le grand feu de la Saint-Jean.” (Minute premier de classe: dans les Ardennes belges et françaises, chaque année, des villageois embrasent une montagne de sapins, symbole de purification et du retour de la lumière du printemps).

Pas sûr qu’on l’accompagnera à ce big feu de joie, sauf si elle nous y conduit à vélo (et que la route est plate). Elle jouerait le guide avec plaisir, by the way!
Plus d’infos sur Le Vélo Voyageur par ici: www.levelovoyageur.com.

Sur le site de The Mug, il y a aussi…

  • Les portraits de nos membres, des coworkings Brussels et Enghien: filez par ici.
  • Nos lieux en photos, nos offres (postes de coworking, bureaux, salles de réunion) et nos prix: filez par ici.