Portrait d’un coworker: mais qui es-tu Élodie?

Avec un peu de chance, vous croiserez Élodie au Mug Brussels, entre deux shootings, près de la fenêtre, un café à la main, en train de retoucher ses derniers clichés ou d’organiser son agenda – chargé.

C’est qu’en cette saison, elle vadrouille aux quatre coins de la Belgique (et du monde), pour immortaliser vos plus beaux moments: des mariages, des naissances, des aventures… Et les siens aussi: surfez sur compte Instagram, vous voyagerez jusqu’à Chefchaoen, au Maroc, et le Grand Nord chilien. Plus qu’un métier, la photographie est une vraie passion, qui lui permet de « capturer les émotions, de rêver les yeux ouverts ». Banco quand on est curieuse de tout, sensible à tout…

View this post on Instagram

Old together – Mon rêve à moi, aussi loin que je me souvienne, c’est celui là. Trouver la personne qui te tient la main jusqu’au bout, qui te regarde encore amoureusement jusqu’au bout, qui connaît tes qualités mais aussi tes défauts et qui s’en accommode. J’ai toujours été touchée par ce défi Ô combien difficile, il me semble. Il est évident que les ruptures nous forgent, qu’elles fissurent un peu nos espoirs. Il est évident que la vie, c’est long et que les chemins ne sont pas toujours en ligne droite. Mais d’aussi loin que je me rappelle, j’ai toujours rêvé de ça. De cette complicité que rien ne peut ébranler après autant d’années, de ces rires, de ces épreuves partagées, de ces moments doux, de ces orages. Il en existe et on se demande quel est leur secret, pour autant qu’il y en ait un. Quelle est la recette magique de ces couples qui durent ? Ont-ils fait beaucoup de concessions ou ont-ils profité de la vie comme elle venait, main dans la main ? Il est de ces choses de la vie mystérieuses et qu’on aime principalement pour ça. Parce qu’elles nous dépassent, parce qu’elles nous obsèdent. J’aurais voulu que mes grands parents soient encore là pour me parler de leurs couples maintenant que c’est à moi de construire le mien. J’aurais voulu qu’ils puissent me mettre en garde contre les erreurs à ne pas commettre ou bien à propos des choses importantes. Mais dans certains de mes souvenirs les plus profonds, je revois mon grand père, un cadre de ma grand mère posé près de lui, et je garde la certitude que oui, l’amour peut durer toute une vie, et sans doute plus loin encore. #wedding #weddingday #oldtogether #couplegoals #oldcouple #lovers #alwaysloveyou #aboutlove #engagementceremony #weddingceremony #alternativewedding #photooftheday #photography #photographer #aboutlife #aboutdreams #lovedreams #lifestyle

A post shared by Elodie Deceuninck Photography (@elodie.deceuninck) on

View this post on Instagram

Agapē – l’amour au creux de mon bras – Je m’étais juré que je ne me tatouerais pas de mots, souvent trop chargés de sens, moins abstraits. Puis celui-là, m’a obsédée. Je l’ai croisé dans des livres, j’en ai entendu parler à plusieurs reprises, comme s’il me cherchait. Puis j’ai gratté sous la surface et j’ai appris à le connaître un peu mieux. Moi qui rêve, pense, vit amour tous les jours, il m’a semblé évident que ce mot était taillé pour se retrouver là, à cet endroit. Chez les philosophes grecs, Agapē symbolise cet amour sans condition, pur, universel, qui n’est pas utilisé pour soi. C’est l’amour au sens large, l’amour des autres. Celui qui te pousse à être bon. J’imagine que dans une vie, il est impossible de séparer complètement l’amour de l’ego mais j’aimerais tendre vers cette vision au maximum. Être heureuse s’il est heureux, ne vouloir que son épanouissement. Et cette promesse est gravée sur mon bras droit. Et les votres, c’est quoi ? ???? #tatouage #tattoo #tattoogirls #agapē #agapetattoo #photography #photographer #photooftheday #picture #picoftheday #portraitphotography #portrait #memyselfandi #fleurssechees de chez @agave_boutique

A post shared by Elodie Deceuninck Photography (@elodie.deceuninck) on

View this post on Instagram

Quelque part dans les montagnes – Je rêvais de voir Chefchaouen, c’était sur la fameuse liste d’endroits à voir avant de mourir. Après 3h de trajet, on est donc arrivés sur les hauteurs de la Perle bleue, joyau du Maroc. Forcément, on sent qu’ici, le touriste est présent, un peu comme dans tous les jolis endroits. On a quitté la brise de l’océan pour les terres, il fait chaud, lourd, on manque un peu d’air, les rues semblent moins accueillantes, pour la peine, on apprend à le dire en Arabe. (Je ne vous ferais pas l’affront de l’écrire ????). Mais oui, certaines impasses, ruelles, sont incroyables. Ce bleu sorti d’un film nous fait chanter la bande originale d’Aladin toute la journée, c’est le rêve bleu à 1000%. Un peu moins une fois qu’on quitte la médina. Tanger nous a manqué pour son calme et sa fraîcheur mais je suis contente d’avoir vu de mes propres yeux ces décors tant regardés sur photos (c’est peut être ça qui retire un peu la surprise). Le Maroc est magique pour cette diversité d’endroits tous plus beaux les uns que les autres, ça donne envie de continuer de traverser les montagnes encore et encore… #travel #travelphotography #travelholic #photography #photographer #photooftheday #bluecity #bluepearl #chefchaouen #morocco #explore #exploremorocco #exploretocreate #moroccostyle

A post shared by Elodie Deceuninck Photography (@elodie.deceuninck) on

View this post on Instagram

Communier et garder l’esprit ouvert – Observer, de loin, ces rites qui ne sont pas les miens et ne garder que l’importance d’être ensemble. Au détour d’une petite ruelle d’Asilah, l’heure de la prière. C’est le premier samedi sans mariage depuis avril, la première semaine qui ralentit ce rythme effréné. Ici j’ai pu réfléchir, me poser des questions importantes, lâcher prise, observer d’autres cultures. La semaine prochaine, je retrouverai vos moments d’amour, vos familles, vos rites et j’espère être plus riche de tout ce que j’ai pu apprendre ici. Pour moi chaque événement dans la vie nous nourrit, nous apprend quelque chose. C’est pareil pour chaque voyage, chaque rencontre. L’esprit c’est un peu comme une grande carte, sur laquelle on ajoute des éléments, et qui nous permet de nous rejoindre sur des sujets communs. Ici, on nous a parlé de Karma. Si tu fais le bien 1 fois, il te revient au centuple. Et je crois de tout mon cœur que c’est vrai, qu’à la fin, ne survit que le bien. #asilah #travel #travelholic #travelphotography #morocco #moroccostyle #moroccotravel #tangier #tangiermorocco #asilahmedina #exploretocreate #exploremorocco #explore #photography #photographer #photooftheday #oriental #orientalcarpet #learning

A post shared by Elodie Deceuninck Photography (@elodie.deceuninck) on

View this post on Instagram

Deux heures pour aller à New-York, plus rapide qu’un avion, je vais vous dire mon secret : ce week-end j’ai visité Rotterdam ! ???? Après la nature florissante du Chili, une escapade architecturale impressionnante mais surtout deux jours hors du temps avec mes personnes favorites ! Un petit shot d’énergie pour commencer la saison samedi prochain. Bref Rotterdam c’est joli et c’est une ville qui appelle le Carpe Diem. #travel #travelblogger #travelphotography #rotterdam #rotterdam_holland #rotterdamny #architecture #architecurelovers #holland #netherlands #newyork #loft #photography #photographer #citytrip #cityvisit #cytipictures #friendsmoments #bff #friendships

A post shared by Elodie Deceuninck Photography (@elodie.deceuninck) on

View this post on Instagram

Aujourd’hui je dois te quitter, dans quelques heures, j’embarquerai mes valises à l’aéroport et je retrouverai mon chez moi (et mon chat ????). Ces deux semaines ont été incroyables, hors du temps. On se souviendra de tes routes, du calme de tes montagnes, de tes vagues, paradis des surfeurs ici, de tes couleurs et de tes mots (qu’on n’a pas toujours compris, mais on a essayé ????). Jusqu’au bout, tu m’as émerveillée, avec tes paysages à couper le souffle et je sais que ce n’est qu’un au revoir vu ton immensité. J’ai hâte de te revoir un jour, de sillonner à nouveau tes chemins de terre et tes décors. Après avoir dit au moins 15x « C’est la plus belle chose que j’ai vue de ma vie » ici, je rentre à la maison. Je vais devoir adapter mes yeux pour redécouvrir mon pays autrement, mais j’ai adoré partager ce voyage avec vous et je me réjouis de le faire à nouveau ! ???? merci d’avoir suivi mon périple ! #photography #photographer #chile #chilean #trip #travel #travelphotography #travelholic #chiletravel #chiletravelrepost #cajondelmaipo #santiago #santiagodechile #moutainlake #andesmountains #backhome

A post shared by Elodie Deceuninck Photography (@elodie.deceuninck) on

Des gens et des romans

Plus que le côté technique de la prise de vue, Élodie envisage d’ailleurs ses shootings comme « de réels moments de partage ». Parlant de partages, Élodie en fait des tas sur son second compte, L’Inspi du vendredi, où elle photographie les derniers livres qu’elle a lus. Filez voir!

View this post on Instagram

Le livre du vendredi – Un Besson de plus, après l’adoration ressentie face à tous les autres, j’ai envie de tous les lire. En revanche, malgré une plume toujours précise et nuancée, j’ai trouvé celui-ci un peu moins léger. Il m’a semblé long parfois. Un instant d’abandon, c’est l’histoire de détours, de rédemption aussi. C’est l’histoire de la recherche d’une vie, de hasards qui deviennent des rendez-vous, indispensables. C’est le pardon qu’on attend des autres mais qui au final, ne doit venir que de soi. C’est la descente aux enfers, mais le retour vers la lumière aussi. C’est du Besson, pas mon préféré, mais ça reste bien écrit ! « Les mois sans lui ont été blancs. Même avec le recul, je ne suis pas fichu de déterminer de quoi ils ont été remplis, vraiment. Cela a été comme une longue morte saison, comme ces automnes précoces qui deviennent imperceptiblement d’interminables hivers, comme ces jours mornes et ces nuits froides qui s’enchaînent jusqu’à ce qu’on les confonde, comme ces heures au cadran qui semblent figées et qui, pourtant, nous font terriblement vieillir. » Vous l’avez lu celui-là ? ???? #bookstagram #bookaholic #bookaddict #books #booksworm #livrestagram #Livres #lecture #Homesweethome #Words #quotes #linspidulundi #jolismots #amour #motsdamour #bookshelf #coupdecoeur #luetadore #besson #philippebesson #uninstantdabandon #pocket

A post shared by L'inspi Du vendredi (@inspiduvendredi) on

View this post on Instagram

Liste d’envies du Mercredi – La météo de cette fin d’août se rapprochant de celle d’un début d’automne, les livres m’appellent. Agnès Desarthe, Alice Ferney, Jessie Burton et André Aciman. J’ai choisi de petits livres aussi pour me voir avancer, et j’ai décidé de m’octroyer plus de moments de lecture que ces derniers moi : profiter de chaque pause pour lire quelques pages. J’ai commencé « Les filles au lion » de Jessie Burton de chez @folio_livres et je pressens qu’il va beaucoup me plaire, mais 500 pages ça prend du temps ???? ! On en parle bientôt ! Bien sûr il me tarde de lire « appelle moi par ton nom » dont les critiques ne manquent pas et que je me presserai de voir en film juste après ! Vous avez lu lesquels ? Vous les avez aimés ???? ? #bookstagram #bookaholic #bookaddict #books #booksworm #livrestagram #Livres #lecture #Homesweethome #Words #quotes #linspidulundi #jolismots #amour #motsdamour #bookshelf #coupdecoeur #luetadore #enviesdumercredi #catsofinstagram #hashtaglechat #fallenvy

A post shared by L'inspi Du vendredi (@inspiduvendredi) on

Avant une éventuelle rencontre, près de la fenêtre…

Offrez-vous un passage prolongé sur le profil Instagram d’Élodie et sur son site: www.elodiedeceuninck.com.

Sur le site de The Mug, il y a aussi…

  • Les portraits de nos membres, des coworkings Brussels et Enghien: filez par ici.
  • Nos lieux en photos, nos offres (postes de coworking, bureaux, salles de réunion) et nos prix: filez par ici.